Menu | Contenu | Retour | Partie droite | Progression | Rechercher | Pied de page | Plan du site | Accueil


   Accueil du site > Publications > Bibliothèque > BAT 9 - Abkhazie IVe-XIVe siècles

BAT 9 - Abkhazie IVe-XIVe siècles

L. Khroushkova

BIBLIOTHEQUE DE L’ANTIQUITE TARDIVE, 9, 2006

- L. Khroushkova, Les monuments chrétiens de la côte orientale de la Mer Noire. Abkhazie.

Les auteurs grecs, à partir de l’époque d’Homère, nommaient Colchide le territoire du littoral oriental du Pont-Euxin, situé aux confins du monde gréco-romain. L’Abkhazie (Abasgia) occupe la partie nord de cette région, qui a comme particularité remarquable d’appartenir à la fois au monde caucasien et au monde méditerranéen et byzantin.

Les témoignages de la propagation du christianisme dans cette région remontent aux temps apostoliques ; les exilés chrétiens sont apparus à l’époque de Dioclétien. C’est justement dans les anciennes villes et forteresses romano-byzantines côtières qu’on trouve les édifices chrétiens les plus anciens. L’évêque Stratophilus de Pityous était l’unique représentant du Caucase au premier Concile de Nicée en 325 ; son église fut découverte hors des murs du castellum. D’autres basiliques furent bâties à Pityous et aux environs durant les IVe-VIe s. ; l’une d’elles a reçu un décor en mosaïques. La ville de Sebastopolis est un autre grand centre chrétien ; là une église octogonale s’inscrit bien dans la tradition architecturale de l’Antiquité tardive, en Orient comme en Occident.

La conversion de la population indigène fut liée à la politique de Byzance. La basilique de Candrips, bâtie par Justinien Ier pour les Absges, fut ornée richement de marbres de Proconnèse. Les Apsiles, eux aussi, avaient des églises modestes à nef unique, dans les contreforts du Caucase. Une organisation ecclésiastique, dépendant du patriarcat constantinopolitain, fut établie après les guerres persano-byzantines, lorsque la Lazique et l’Abasgie furent sous contrôle de l’Empire byzantin.

Les traditions de l’Antiquité tardive se sont conservées dans l’architecture de l’Abkhasie pendant le haut moyen âge. Le plan de la grande église à coupole de Dranda associe une rotonde et une croix. Plus tard on observe aussi des influences de l’art non-chrétien, post-sassanide, arabe et persan. Un exemple remarquable en est donné par les dalles du chancel de Cebelda, retrouvées dans la région apsilienne. Ces reliefs insolites, avec leur programme iconographique bien élaboré et leur style rustique, caractérisent bien l’art indigène de l’époque du royaume abkhaze. Cette époque florissante a duré deux cents ans, des années 80 du VIIIe s. jusqu’aux années 80 du Xe s.

Les rois abkhazes cherchant à être indépendants de Constantinople, les évêchés abkhazes se sont organisés au Xe s. En même temps, l’archevêché d’Abasgie du patriarcat constantinopolitain demeurait encore ; très probablement l’immense église de Pityous/Bicvinta/Picunda fut érigée comme cathédrale de l’éparchie de Sotèrioupolis. À l’époque de l’essor du royaume abkhaze, l’activité se manifeste par la construction d’une série d’églises d’un type en « croix inscrite », qui était devenu prépondérant dans le monde byzantin au Xe s. Presque toutes ces églises se disposent justement entre les deux sièges d’obédience constantinopolitaine, de Sotèrioupolis et d’Abasgie.

L’époque médiobyzantine en Abkhazie est bien illustrée aussi par l’ensemble architectural de Lykhny, résidence des princes abkhazes Cacba- Šervasidze. Le complexe, bâti au Xe s. est composé d’une église à coupole et d’un palais. Les fresques de cette église appartiennent au style constantinopolitain de l’époque des Paléologues. En revanche, le palais offre des traits de l’art islamique. Un trésor constitué de monnaies byzantines d’or et de pièces géorgiennes d’argent fournit une date importante pour restituer l’histoire de cet ensemble.

C’est aux XIe–XIIIe s., à l’époque du Royaume des Abkhazes et des Kartliens (royaume géorgien uni), qu’on observe en Abkhazie des formes architecturales et décoratives géorgiennes. À la fin du XIVe s., Bicvinta/Picunda devient siège épiscopal du catholicos (patriarche) de l’Abkhazie (Géorgie occidentale).

Après la chute de Byzance, on trouve encore sur ce littoral d’anciens sièges épiscopaux. Même au XIXe s., pendant le rétablissement du christianisme en Abkhazie, ce sont de grandes églises de style byzantin qui furent rénovées.


Bourses APAT 2017 | Claroline | Contact | Crédits et mentions légales | Accessibilité | Espace privé | Plan du site | Fil RSS du site